top of page
  • Photo du rédacteurEmilie RIBO

Et si l'acceptation de toutes nos pensées était une des clés pour un mieux-être?

Plutôt Team #penséeschoisies ou Team #penséessubies? Plutôt dans l'acceptation ou le rejet de tout ce flot de pensées? A vous de choisir...




Bien que nous le savions déjà, les neurosciences l'ont démontré : notre cerveau est une machine à produire des pensées en continue! En effet, nous produisons en moyenne 60 000 pensées par jour, ce qui équivaut à environ 1 pensée par seconde lorsque nous sommes éveillés !

Ce chiffre, décliné sous deux métriques, illustre le flot continu de pensées qui nous assaillent au quotidien, et ainsi la pertinence de s'y intéresser de plus près...


Selon les neurosciences, 95% de nos pensées du jour sont les mêmes que la veille, ce qui signifie que nous avons une certaine propension à ruminer et à trainer nos pensées ou croyances de jour en jour, pour ne pas dire de semaine en semaine, voire même d'année en année.

Cela semble d'autant peu propice au changement et à la mise en action que, selon les neurosciences, 80% de nos pensées sont négatives. Ainsi, nous serions traversé en moyenne par 48 000 pensées négatives par jour, pensées que nous ressassons de jour en jour...

En d'autres termes, nous ruminons et avons une forte tendance à imaginer le pire comme étant certain!

Avec de tels chiffres, il convient alors de s'intéresser de plus près à l'impact de nos pensées sur notre bien-être. Comment fonctionne notre système de pensées ? Quel impact peut-il avoir dans nos comportements ?


Malgré les nombreuses travaux réalisés, difficile de savoir quel élément est premier entre sensation, émotion et pensée (aussi nommé corps-coeur-tête). Il s'agit d'une réaction instantanée qui se produit sous quelques secondes voire milli-secondes. Ce qui me semble important à comprendre, c'est que les trois sont irrévocablement liées et qu'une pensée, positive ou négative, déclenchera des émotions, qui à leur tour vont déclencher un comportement spécifique, communément appelé "les conséquences de la pensée".


Ainsi, si nous souhaitons produire des changements de comportements, il peut-être intéressant d'intervenir sur notre système de pensée, et tout particulièrement sur nos croyances limitantes, souvent irrationnelles, et cerise sur le gâteau, également très souvent automatiques.


En effet, nos pensées représentent notre propre grille de lecture de la réalité qui nous entoure. Les représentations que nous construisons vont fortement influencer nos réactions et in fine nos comportements. Ainsi des pensées négatives peuvent engendrer des comportements négatifs, voire destructeurs, ayant des impacts négatifs sur nos relations, notre état d'esprit et notre capacité à atteindre nos objectifs.


La bonne nouvelle, c'est que notre cerveau est plastique, nous avons donc la possibilité de modifier en conscience notre système de pensées et de rééquilibrer pensées dites "négatives" et celles dites "positives".

Je vous partage quelques pistes pour y parvenir :

  1. effectuer un scan quotidien de nos principales pensées via l'écriture ou la méditation (se concentrer par exemple sur 3 pensées qui vous semblent avoir été les plus présentes dans votre journée)

  2. identifier les pensées négatives récurrentes et ne servant pas vos objectifs

  3. choisir de les remplacer par des phrases positives (par exemple : je n'y arriverai pas -> je mets tout en place pour y arriver)

  4. pratiquer la gratitude au quotidien, envers soi-même et envers les autres

  5. lister régulièrement toutes vos réussites, petites et grandes, et cela dans tous nos domaines de vie (pro, perso, sport, social...)


Et vous, où en êtes-vous ? D'autres exemples à partager ?


Alors plutôt pensées choisies ou pensées subies? Observez-vous des différences de pensées selon les domaines de vie (pro vs perso par exemple) ou une évolution avec les années ?


Commentez, Partagez, et Prenez le temps de VOUS écouter.

Pour en savoir plus, en discuter ensemble ou effectuer un travail sur ce chemin, contactez-moi :)



34 vues0 commentaire
bottom of page