top of page
  • Photo du rédacteurEmilie RIBO

Et si Tal BEN-SHAHAR avec son manuel "L'apprentissage de l'imperfection" nous avait déjà tout dit ?

Dernière mise à jour : 13 janv. 2023

Plutôt Perfectionniste ou Optimaliste ? Plutôt votre propre bourreau ou votre premier supporter?

A vous de choisir...



Voilà, c’est parti je me lance mais par où commencer ? Quel chemin vous proposer?

Passionnée de lectures, de podcasts et curieuse par nature, quel choix difficile que celui du premier partage, et d'autant plus dans une optique d’écrire " l'article parfait" !


Et c'est ainsi que Tal BEN-SHAHAR, avec son manuel "L'apprentissage de l'imperfection", s’est imposé comme une évidence pour plusieurs raisons :


  1. Tal BEN-SHAHAR traite justement de cette quête inaccessible de perfection.

  2. Cette injonction à être parfaite, pour "mériter" son job actuel ou s'autoriser à prétendre à une évolution de carrière, est très souvent ressortie lors de séances de coaching avec les femmes que j'accompagne.

  3. Ce petit manuel m'accompagne depuis nombreuses années et à chaque relecture, c'est comme une autorisation renouvelée à être moi-même, ce qui en fait un précieux cadeau.


Tal BEN-SHAHAR, aussi connu pour être le “célèbre professeur du bonheur à Harvard”, a commencé à réfléchir sur le bonheur et ses déterminants après avoir dû écourter une carrière prometteuse de sportif de haut niveau. En effet, malgré les nombreux prix et victoires remportés, Tal BEN-SHAHAR a réalisé qu’il n’était pas heureux, qu'il se concentrait invariablement vers le nouveau record à atteindre, avec toujours les angoisses et peurs renouvelées de ne pas être à la hauteur. Et c'est ainsi qu'il s'est intéressé à ce mécanisme du "vouloir toujours plus et de ne pas savoir se satisfaire de ce que nous avons déjà accompli, fait et réalisé, de qui nous sommes".


Et voilà ce que Tal BEN-SHAHAR nous livre :


  1. Personne n'aime l'échec, pourtant il est inévitable et inhérent à la nature humaine

  2. Refuser l'échec revient à refuser les émotions douloureuses et in fine refuser la réalité et la réussite

  3. Le bonheur n'est pas la succession ininterrompue de sentiments positifs mais notre capacité à trouver du sens et des opportunités d'apprentissage dans nos différentes expériences

  4. Une des clés serait de transformer progressivement notre perfectionnisme négatif, car mal adapté et d'essence névrotique vers un perfectionnisme positif adaptatif et sain, que Tal BEN-SHAHAR nomme l'optimalisme.


Ci-après, quelques exemples concrets qui peut-être raisonneront pour vous :

  • Passer de "j'ai 2h pour préparer une présentation qui doit être parfaite" à "quels sont les messages clés à passer et mes priorités pour préparer cette présentation en 2h" ?

  • Passer de "Retour chez soi après une grosse journée de travail, il reste 1h avant le coucher des enfants et je dois leur préparer un repas gourmand et équilibré, vérifier les devoirs et passer du temps de qualité avec eux" à "avec l'heure que nous avons devant nous et l'énergie qui est la mienne à cet instant, que vais-je privilégier et comment organiser au mieux cette soirée?"

  • Passer de " Depuis le temps que nous les attendons, nos vacances doivent être parfaites " vs "Qu'est-ce que nous attendons de ces vacances au vue du temps imparti, de la destination, de l'état de forme et des envies de chacun des participants?"

  • Passer de " Ce samedi, je dois caler un peu de sport, un moment détente avec mes amis, un diner en amoureux, et aussi commencer les cadeaux de Noel et me reposer" à "Qu'est-ce qui doit absolument être fait ce samedi et ne peut pas être fait un autre jour ou par quelqu'un d'autre que moi? et Qu'est-ce qui me ferait plaisir à moi?"

Vous l'avez certainement remarqué, la solution se trouve souvent dans notre capacité pour entraîner notre cerveau à passer de l'injonction (je dois) au questionnement (qu'est-ce qui serait le mieux au vue du contexte singulier de cette situation?).

Et vous, où en êtes-vous ? D'autres exemples à partager ?

Alors plutôt perfectionniste ou optimaliste ? Observez-vous des différences de comportement selon les domaines de vie (pro vs perso par exemple) ou une évolution avec les années ?



Commentez, Partagez, et Prenez le temps de VOUS écouter.


Pour en savoir plus, en discuter ensemble ou effectuer un travail sur ce chemin, contactez-moi :)


40 vues0 commentaire
bottom of page